Céramiques

DE ACCOLAY

Nos artistes des années 1950 à 1970

Accolay, Cité de la Céramique d'art en Bourgogne 

En 1944, âgés d’une vingtaine d’années, A. Boutaud, L. Dangon, S. Paley et Raude sont au lycée et assistent à des cours de céramiques avec comme professeur Alexandre Kostanda. Ils partent voir un ami à Accolay, dans l’Yonne en Bourgogne, et se lancent dans la production de boutons, de broches et de bijoux en céramique pour leur usage personnel. Très vite, les amis s’installent à Accolay le 26 octobre 1945 et ouvrent au bord du canal dans une ancienne usine leur atelier. Accolay va connaître un succès fulgurant, après la guerre en 1945, les femmes vont vouloir des notes de couleur sur leurs vêtements sombres. Christian Dior suit la tendance et souhaite utiliser des boutons et bijoux en céramiques. Christian Dior contacte les potiers d’Accolay et commande trois cent boutons pour leur collection New Look de 1946. En 1947, le phénomène des boutons en céramique commence à passer et les potiers d’Accolay se reconvertissent dans la céramique utilitaire. L’ensemble des potiers aux alentours ont rejoint la nationale 6 où était installé l’usine pour en faire des lieux d’expositions permanents pour les importants touristes qui transitaient sur cette route. On regroupe aujourd'hui sous le terme d’Accolay la production d’une communauté de potiers installés dans le village d’Accolay autour de la nationale 6. Les créations d’Accolay sont très diversifiées. On retrouve tout de même une inspiration inca ou aztèque, avec des pièces vernissées aux décors graphiques. Par la suite un effet moucheté apparaitra sur de nombreuses pièces suite à la rétractation de certains émaux à la cuisson, rappelant les nuances des paysages d’Yonne. Toutes les poteries d'Accolay portent une signature en creux et pour certaines pièces des initiales du potier. 

Céramique sculpturale, signée Accolay, 1960